Dans l'œil de femmes noires photographes

Fanny Arlandis

Double XMonde

, mis à jour le 30.10.2017 à 16 h 04

En 1986, Jeanne Moutoussamy-Ashe publiait Viewfinders: Black Women Photographers, un ouvrage qui met en lumière le travail de femmes noires photographes de la fin des années 1800 aux années 1990. «Ce livre est incroyable et j'attendais que quelqu'un publie une mise à jour», raconte la photographe Laylah Amatullah Barrayn, basée à Brooklyn. Elle décide alors avec sa collègue Adama Delphine Fawundu, de publier Mfon: Women Photographers of the African Diaspora, qui rassemble les images de 100 femmes noires photographes travaillant aux États-Unis, en Afrique, en Europe ou dans les Caraïbes.

Dans les traditions d'Afrique de l'Ouest, les femmes maliennes donnent de l'argent à une femme enceinte lors de la fête prénatale, Bronx, NY, Mai 2017 | Fanta Diop

 

«Adama Delphine Fawundu et moi sommes amies depuis longtemps et nous étions toutes les deux inspirées par le livre Viewfinders: Black Women Photographers de Jeanne Moutoussamy-Ashe. Il s'agit d'un livre emblématique sur les femmes noires photographes du XIXe siècle aux années 1990.»

Dans les traditions d'Afrique de l'Ouest, les femmes maliennes donnent de l'argent à une femme enceinte lors de la fête prénatale, Bronx, NY, Mai 2017 | Fanta Diop

 

«Adama Delphine Fawundu et moi sommes amies depuis longtemps et nous étions toutes les deux inspirées par le livre Viewfinders: Black Women Photographers de Jeanne Moutoussamy-Ashe. Il s'agit d'un livre emblématique sur les femmes noires photographes du XIXe siècle aux années 1990.»

Issue de la série Black Florida. Downtown West Palm Beach, 2015 | Johanne Rahaman

 

«Il y a environ dix ans, nous avons voulu créer une réponse artistique à cet ouvrage en éditant un livre qui intégrerait une jeune génération de femmes noires photographes. Nous avons eu des difficultés à trouver des financements et nous avons laissé le projet de côté pendant un certain temps tout en continuant nos recherches et nos voyages à travers l'Afrique et l'Europe pour produire des histoires photographiques et un art qui reflète ce que fait la diaspora africaine.»

Issue de la série Black Florida. Downtown West Palm Beach, 2015 | Johanne Rahaman

 

«Il y a environ dix ans, nous avons voulu créer une réponse artistique à cet ouvrage en éditant un livre qui intégrerait une jeune génération de femmes noires photographes. Nous avons eu des difficultés à trouver des financements et nous avons laissé le projet de côté pendant un certain temps tout en continuant nos recherches et nos voyages à travers l'Afrique et l'Europe pour produire des histoires photographiques et un art qui reflète ce que fait la diaspora africaine.»

Gullah Geechee Elders, Darien, Georgie, 2016 | Lynsey Weatherspoon

 

«À deux, nous avons visité vingt pays et nous avons gardé contact avec les femmes photographes que nous avons rencontré tout au long de ces voyages. Il y a deux ans nous avons retravaillé sur notre projet et nous avons décidé de créer un journal qui représenterait les femmes photographes de la diaspora africaine. Bien que certaines femmes soient mises en valeur dans des revues de photographie contemporaine, nous avons estimé que ce n'était pas assez.»

Gullah Geechee Elders, Darien, Georgie, 2016 | Lynsey Weatherspoon

 

«À deux, nous avons visité vingt pays et nous avons gardé contact avec les femmes photographes que nous avons rencontré tout au long de ces voyages. Il y a deux ans nous avons retravaillé sur notre projet et nous avons décidé de créer un journal qui représenterait les femmes photographes de la diaspora africaine. Bien que certaines femmes soient mises en valeur dans des revues de photographie contemporaine, nous avons estimé que ce n'était pas assez.»

Nusaiba Martha Guerrera, Bronx, New York, 2016 | Rhynna M. Santos

 

«Un jour j'ai appelé Delphine toute excitée parce que j'avais trouvé un nom pour le journal. Je voulais l'appeler MFON: Women Photographers of the African Diaspora et je voulais présenter 100 femmes dans le premier numéro. Mmekutmfon “Mfon” Essien était une photographe nigériane qui a travaillé en Amérique dans les années 1990. Elle est décédée d'un cancer du sein en 2001. C'était une photographe visionnaire dont le dernier travail –The Amazon’s New Clothes– est courageux, provoquant et extrêmement important. Il devait selon moi disposer d'une place forte dans l'histoire de l'art.» 

Nusaiba Martha Guerrera, Bronx, New York, 2016 | Rhynna M. Santos

 

«Un jour j'ai appelé Delphine toute excitée parce que j'avais trouvé un nom pour le journal. Je voulais l'appeler MFON: Women Photographers of the African Diaspora et je voulais présenter 100 femmes dans le premier numéro. Mmekutmfon “Mfon” Essien était une photographe nigériane qui a travaillé en Amérique dans les années 1990. Elle est décédée d'un cancer du sein en 2001. C'était une photographe visionnaire dont le dernier travail –The Amazon’s New Clothes– est courageux, provoquant et extrêmement important. Il devait selon moi disposer d'une place forte dans l'histoire de l'art.» 

Manbo Katy: Vodou Priestess, Port Au Prince, Haiti, 2015 | Stephanie Mei-Ling

 

«Sa série d'autoportraits montre les cicatrices de sa mastectomie, et elle pose surtout nue. Ce travail souligne une force universelle des femmes. De la même façon, MFON: Women Photographers of the African Diaspora représente une perspective variée des femmes noires photographes à travers le monde. MFON préserve aussi l'héritage de cette photographe, Mmekutmfon “Mfon” Essien, tout en rassemblant le travail important de femmes dans le monde entier.»

Manbo Katy: Vodou Priestess, Port Au Prince, Haiti, 2015 | Stephanie Mei-Ling

 

«Sa série d'autoportraits montre les cicatrices de sa mastectomie, et elle pose surtout nue. Ce travail souligne une force universelle des femmes. De la même façon, MFON: Women Photographers of the African Diaspora représente une perspective variée des femmes noires photographes à travers le monde. MFON préserve aussi l'héritage de cette photographe, Mmekutmfon “Mfon” Essien, tout en rassemblant le travail important de femmes dans le monde entier.»

AM Mt. Olive Grand Chapter Order of Eastern Stars, Portland, OR, 2016 | Intisar Abioto

 

«Les perturbations sociales et politiques comme le colonialisme ou le commerce des esclaves a produit des hiérarchies raciales, culturelles et sociales avec une préférence pour les valeurs occidentales et la blancheur, même dans des pays où les blancs sont une minorité. Cette histoire mondiale a entraîné des problèmes terribles comme l'effacement historique, le manque de représentation et l'idée de l'"autre". Il est très problématique d'être perçu comme l'“autre” ou de se voir reflétée dans les médias traditionnels à travers le prisme blanc. Ainsi, bien souvent, les médias, les organisations, les musées et les espaces artistiques ignorent ou présentent une perspective très limitée des femmes noires photographes.»

AM Mt. Olive Grand Chapter Order of Eastern Stars, Portland, OR, 2016 | Intisar Abioto

 

«Les perturbations sociales et politiques comme le colonialisme ou le commerce des esclaves a produit des hiérarchies raciales, culturelles et sociales avec une préférence pour les valeurs occidentales et la blancheur, même dans des pays où les blancs sont une minorité. Cette histoire mondiale a entraîné des problèmes terribles comme l'effacement historique, le manque de représentation et l'idée de l'"autre". Il est très problématique d'être perçu comme l'“autre” ou de se voir reflétée dans les médias traditionnels à travers le prisme blanc. Ainsi, bien souvent, les médias, les organisations, les musées et les espaces artistiques ignorent ou présentent une perspective très limitée des femmes noires photographes.»

“To those of my sisters who kept their naturals - Gwendolyn Brooks" 2016-2017 | Sophia Nahli Allison

 

«En tant que femmes intelligentes, créatives et dynamiques, Delphine et moi considérons comme important le fait de créer quelque chose qui manquait cruellement: un espace qui servirait d'archive historique pour représenter la diversité des femmes noires photographes à travers le monde. Ces femmes sont des photojournalistes, des artistes, des documentaristes et des photographes commerciaux.»

“To those of my sisters who kept their naturals - Gwendolyn Brooks" 2016-2017 | Sophia Nahli Allison

 

«En tant que femmes intelligentes, créatives et dynamiques, Delphine et moi considérons comme important le fait de créer quelque chose qui manquait cruellement: un espace qui servirait d'archive historique pour représenter la diversité des femmes noires photographes à travers le monde. Ces femmes sont des photojournalistes, des artistes, des documentaristes et des photographes commerciaux.»

Sans titre, Afro Punk - Brooklyn, NY, 2015 | Adrienne Waheed

 

«Nous avons contacté nos amies et collègues, cherché sur internet, dans les organisations de promotion de l'art et pratiqué le bouche à oreille pour inviter plus de 100 femmes à participer. Nous avons été exaltées par le nombre important de réponses et nous avons commencé à construire une communauté de femmes puissantes avec un message universel.»

Sans titre, Afro Punk - Brooklyn, NY, 2015 | Adrienne Waheed

 

«Nous avons contacté nos amies et collègues, cherché sur internet, dans les organisations de promotion de l'art et pratiqué le bouche à oreille pour inviter plus de 100 femmes à participer. Nous avons été exaltées par le nombre important de réponses et nous avons commencé à construire une communauté de femmes puissantes avec un message universel.»

Femmes dans l'eau - Festa di lemanja, Salvador da Bahia, Brésil, 2001 | Johnette Iris Stubbs  

 

«Alors que beaucoup de conservateurs d'expositions et d'universitaires ont travaillé sur les photographes noirs américains et sur les photographes du continent africain, et que ces travaux évoquaient celui de femmes, il n'y a eu que peu d'ouvrages dédiés exclusivement à leur travail. Il existe de nombreux collectifs de femmes photographes d'origine africaine dans le monde entier qui produisent un travail localement et documentent ce qu'elles font. J'imagine que les maisons d'éditions ont eu l'impression qu'elles avaient couvert cette communauté de photographes à travers leurs publications générales qui comprenaient le travail d'hommes et de femmes.»

Femmes dans l'eau - Festa di lemanja, Salvador da Bahia, Brésil, 2001 | Johnette Iris Stubbs  

 

«Alors que beaucoup de conservateurs d'expositions et d'universitaires ont travaillé sur les photographes noirs américains et sur les photographes du continent africain, et que ces travaux évoquaient celui de femmes, il n'y a eu que peu d'ouvrages dédiés exclusivement à leur travail. Il existe de nombreux collectifs de femmes photographes d'origine africaine dans le monde entier qui produisent un travail localement et documentent ce qu'elles font. J'imagine que les maisons d'éditions ont eu l'impression qu'elles avaient couvert cette communauté de photographes à travers leurs publications générales qui comprenaient le travail d'hommes et de femmes.»

I Execute My Trust, Lagos, Nigéria, 2016 | Jenevieve Aken

 

«La photographie donne un pouvoir à son auteur. Pour ce qui est des femmes noires et/ou descendantes d'africains, la photographie place le pouvoir entre nos mains ce qui est l'exact contraire de l'Histoire en termes d'utilisation de la photographie à l'époque coloniale. C'est un instrument de narration qui permet à l'auteur de documenter et de partager ses vérités.»

I Execute My Trust, Lagos, Nigéria, 2016 | Jenevieve Aken

 

«La photographie donne un pouvoir à son auteur. Pour ce qui est des femmes noires et/ou descendantes d'africains, la photographie place le pouvoir entre nos mains ce qui est l'exact contraire de l'Histoire en termes d'utilisation de la photographie à l'époque coloniale. C'est un instrument de narration qui permet à l'auteur de documenter et de partager ses vérités.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte