Allaitement technologique

Fanny Arlandis

Science & santéParents & enfants

, mis à jour le 30.06.2017 à 12 h 09

Avant qu'elle ne tombe enceinte, Leah DeVun avait une idée préconçue et idéalisée de l'accouchement et de l'allaitement. La photographe a ensuite découvert que des tubes, des pompes, et toutes sortes d'objets en plastiques sont, en réalité, essentiels pour aider de nombreuses femmes à allaiter. «Pour elles, cette expérience “technologique” est la réalité, soit parce qu'elles ont du mal à allaiter, soit parce qu'elles doivent travailler à l'extérieur de la maison, raconte Leah DeVun. Souvent, il faut beaucoup d'aide technologique pour faire des choses qui sont censées être naturelles». Son travail –In the Age of Mechanical Reproduction– interroge les complexités de nos corps et les exigences imposées aux mères.

 

Lorena | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«J'ai fait ces photos en partie pour travailler sur l'ambivalence de ma propre expérience concernant l'accouchement et l'allaitement. J’ai dû accoucher dans l’urgence car j’ai été diagnostiquée tard comme ayant fait un accident ischémique transitoire, un état neurologique qui me rendait aphasique temporairement (j’étais incapable de parler) et paralysée du côté droit. Quand cela a commencé, tout le monde autour de moi –mon compagnon et mes parents– était terrifié, donc c'était une façon difficile de commencer une maternité. J'ai dû prendre des médicaments spéciaux pour réduire ma tension artérielle mais il y a eu des complications. J’ai vécu quelques moments assez pénibles.»

Lorena | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«J'ai fait ces photos en partie pour travailler sur l'ambivalence de ma propre expérience concernant l'accouchement et l'allaitement. J’ai dû accoucher dans l’urgence car j’ai été diagnostiquée tard comme ayant fait un accident ischémique transitoire, un état neurologique qui me rendait aphasique temporairement (j’étais incapable de parler) et paralysée du côté droit. Quand cela a commencé, tout le monde autour de moi –mon compagnon et mes parents– était terrifié, donc c'était une façon difficile de commencer une maternité. J'ai dû prendre des médicaments spéciaux pour réduire ma tension artérielle mais il y a eu des complications. J’ai vécu quelques moments assez pénibles.»

Leah | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«C'était une expérience difficile, mais les interventions médicales m’ont probablement sauvé la vie. Je suis donc tout à fait consciente de ce que la technologie médicale a à offrir et quelle différence cela a fait pour ma propre grossesse et mon accouchement. Mais, en même temps, mon expérience n'a pas du tout été ce que j'avais espéré: une expérience plus “naturelle”, plus positive, quelque chose que je contrôlerais. C’est mon expérience qui m’a poussé à réfléchir aux questions importantes qui ont émergé de la naissance que j’ai donné et de l’allaitement. Je me suis mise à penser aux conversations qui nous conduisent à réfléchir à ce qui est artificiel et ce qui est naturel ou authentique. Ce que nous pouvons vraiment contrôler. Quelles sont les attentes de ceux qui donnent la vie et qui élèvent des enfants, ou encore comment nous exigeons des mères certaines performances (et d’ailleurs pas que des mères) qui ne créent que des déceptions et des conflits émotionnels.»

Leah | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«C'était une expérience difficile, mais les interventions médicales m’ont probablement sauvé la vie. Je suis donc tout à fait consciente de ce que la technologie médicale a à offrir et quelle différence cela a fait pour ma propre grossesse et mon accouchement. Mais, en même temps, mon expérience n'a pas du tout été ce que j'avais espéré: une expérience plus “naturelle”, plus positive, quelque chose que je contrôlerais. C’est mon expérience qui m’a poussé à réfléchir aux questions importantes qui ont émergé de la naissance que j’ai donné et de l’allaitement. Je me suis mise à penser aux conversations qui nous conduisent à réfléchir à ce qui est artificiel et ce qui est naturel ou authentique. Ce que nous pouvons vraiment contrôler. Quelles sont les attentes de ceux qui donnent la vie et qui élèvent des enfants, ou encore comment nous exigeons des mères certaines performances (et d’ailleurs pas que des mères) qui ne créent que des déceptions et des conflits émotionnels.»

Carol | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«Les souvenirs de mon accouchement et du début de ma maternité étaient encore très présents lorsque j'ai commencé ce travail photographique il y a presque deux ans. Bien que chaque femme que j'ai photographiée ait une histoire différente, elles ont toutes dû surmonter des défis les mois qui ont suivi la naissance. J’ai demandé à des mères qui allaitaient leurs enfants de poser avec les appareils qu'elles utilisaient. Beaucoup d’entres elles ont des expériences complexes et émotionnelles, et beaucoup de mères se sentaient isolées dans leurs luttes. Elles ont apporté des pompes, des tubes et toutes sortes d'accessoires en plastique.»

Carol | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«Les souvenirs de mon accouchement et du début de ma maternité étaient encore très présents lorsque j'ai commencé ce travail photographique il y a presque deux ans. Bien que chaque femme que j'ai photographiée ait une histoire différente, elles ont toutes dû surmonter des défis les mois qui ont suivi la naissance. J’ai demandé à des mères qui allaitaient leurs enfants de poser avec les appareils qu'elles utilisaient. Beaucoup d’entres elles ont des expériences complexes et émotionnelles, et beaucoup de mères se sentaient isolées dans leurs luttes. Elles ont apporté des pompes, des tubes et toutes sortes d'accessoires en plastique.»

Freezer | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«Mes photographies n’ont pas pour but de critiquer l'utilisation de la technologie, ni de documenter tout ce qui pose problème dans l’expérience de la maternité. Mes images sont plus destinées à soulever des questionnements sur les complexités de notre corps et les façons dont nous sommes pris dans nos environnements, à tel point que des choses “artificielles” peuvent devenir des extensions de notre corps et de nous-même.»

Freezer | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«Mes photographies n’ont pas pour but de critiquer l'utilisation de la technologie, ni de documenter tout ce qui pose problème dans l’expérience de la maternité. Mes images sont plus destinées à soulever des questionnements sur les complexités de notre corps et les façons dont nous sommes pris dans nos environnements, à tel point que des choses “artificielles” peuvent devenir des extensions de notre corps et de nous-même.»

Pam | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«Les mères avec qui j'ai parlé ont souvent des buts et des plans bien établis pour leur maternité. Certaines ont allaité “naturellement” ou “sans aide”, elles se sentaient bien et en ont beaucoup parlé. Si ce n'est pas le cas pour vous, vous n'en parlez pas autant. Beaucoup de femmes que je connais ont l'impression qu'elles n'ont pas pris la mesure en quelque sorte, ou du moins qu’elles ont eu une expérience moins authentique de la maternité ou de la condition féminine que d’autres. Sauf que ces femmes-là sont celles qui parlent le moins. Tout cela m'a amené à réfléchir plus attentivement à la façon avec laquelle nous classifions les expériences corporelles comme “naturelles” ou “artificielles”, comment nous évoquons les succès et les échecs, et comment l'expérience de la naissance brouille les distinctions que nous établissons habituellement entre nos corps et les choses extérieures.»

Pam | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«Les mères avec qui j'ai parlé ont souvent des buts et des plans bien établis pour leur maternité. Certaines ont allaité “naturellement” ou “sans aide”, elles se sentaient bien et en ont beaucoup parlé. Si ce n'est pas le cas pour vous, vous n'en parlez pas autant. Beaucoup de femmes que je connais ont l'impression qu'elles n'ont pas pris la mesure en quelque sorte, ou du moins qu’elles ont eu une expérience moins authentique de la maternité ou de la condition féminine que d’autres. Sauf que ces femmes-là sont celles qui parlent le moins. Tout cela m'a amené à réfléchir plus attentivement à la façon avec laquelle nous classifions les expériences corporelles comme “naturelles” ou “artificielles”, comment nous évoquons les succès et les échecs, et comment l'expérience de la naissance brouille les distinctions que nous établissons habituellement entre nos corps et les choses extérieures.»

Pam | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«Je pense que cette réflexion peut s'étendre à l'allaitement aussi. L'une des modèles m'a envoyé un e-mail qui disait: “Il y a beaucoup de pression autour de [l'allaitement]. C'est comme si tout le monde pensait que cela venait simplement ‘naturellement’ parce qu'il est naturel de faire, mais ce n'est pas toujours le cas”. Cela demande beaucoup de travail et c’est peut-être l'une des choses les plus difficiles à laquelle sont confrontées les mères dans leur vie. Aux États-Unis, beaucoup de femmes ont des attentes irréalistes, que ce soit à propos de la naissance ou de l'allaitement. En outre, les femmes se jugent mutuellement pour ce qu'elles pensent être les mauvaises décisions à propos de presque tous les aspects de la parentalité. J'espère qu’un jour nous pourrons avoir plus de débats afin de révéler cette réalité et créer un environnement plus indulgent pour les femmes, quels que soient leurs choix ou leurs expériences.»

Pam | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«Je pense que cette réflexion peut s'étendre à l'allaitement aussi. L'une des modèles m'a envoyé un e-mail qui disait: “Il y a beaucoup de pression autour de [l'allaitement]. C'est comme si tout le monde pensait que cela venait simplement ‘naturellement’ parce qu'il est naturel de faire, mais ce n'est pas toujours le cas”. Cela demande beaucoup de travail et c’est peut-être l'une des choses les plus difficiles à laquelle sont confrontées les mères dans leur vie. Aux États-Unis, beaucoup de femmes ont des attentes irréalistes, que ce soit à propos de la naissance ou de l'allaitement. En outre, les femmes se jugent mutuellement pour ce qu'elles pensent être les mauvaises décisions à propos de presque tous les aspects de la parentalité. J'espère qu’un jour nous pourrons avoir plus de débats afin de révéler cette réalité et créer un environnement plus indulgent pour les femmes, quels que soient leurs choix ou leurs expériences.»

Jennifer | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«On critique parfois mon travail en disant que les modèles ne sourient pas et qu’il s’agit d’un propos anti-allaitement. Une des femmes a eu une réponse si puissante: elle a souligné combien il était ridicule que les gens s'attendent à ce que les femmes sourient tout le temps, même quand elle font quelque chose comme prélever leur lait. Même cette attente fait partie de ces exigences impossibles que la société met sur les femmes. Je pense que sur ces images, on peut voir un pouvoir intérieur chez ces femmes, et un défi affiché. Je pense que leurs visages témoignent d’une sorte de ténacité et d’un mélange d’émotion qui me paraît beau.»

Jennifer | From In the Age of Mechanical Reproduction courtesy of Leah DeVun

 

«On critique parfois mon travail en disant que les modèles ne sourient pas et qu’il s’agit d’un propos anti-allaitement. Une des femmes a eu une réponse si puissante: elle a souligné combien il était ridicule que les gens s'attendent à ce que les femmes sourient tout le temps, même quand elle font quelque chose comme prélever leur lait. Même cette attente fait partie de ces exigences impossibles que la société met sur les femmes. Je pense que sur ces images, on peut voir un pouvoir intérieur chez ces femmes, et un défi affiché. Je pense que leurs visages témoignent d’une sorte de ténacité et d’un mélange d’émotion qui me paraît beau.»